Loca­li­sa­tion des utili­sa­teurs d’iP­hone et d’An­droid, une nouveau­tée ?

closeCet article a été publié il y a 3 ans 9 mois 9 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les infor­ma­tions propo­sées sont donc peut-être expi­rées.

Image Flickr de Sergio Poppi des 'grandes oreilles'

Derniè­re­ment, les médias ont relayés une infor­ma­tion disant que les utili­sa­teurs d’iP­hone étaient traqués dans leurs dépla­ce­ment suite à la dernière mise à jour de l’iOS. Ces dépla­ce­ments étant sont ensuite envoyé à Apple.

Cepen­dant, je ne vois pas ou se situe le problème car ce n’est pas nouveau que les opéra­teurs peuvent suivre leurs abon­nés via les antennes relais, que les GPS stockent les parcours (voir l’af­faire de l’en­lè­ve­ment des deux jumelles en Suisse par leur père). Dans cette affaire, le GPS aurait pu servir à recons­ti­tuer le parcours emprunté par le père d’ou une certaine utilité de traquer l’em­pla­ce­ment des utili­sa­teurs mais pour en reve­nir au sujet initial, l’iP­hone n’est pas un cas à part bien au contraire.

Peu après la révé­la­tion concer­nant l’iP­hone, des cher­cheurs outre atlan­tique ont fait une décou­verte simi­laire dans le système d’ex­ploi­ta­tion mobile concur­rent c’est à dire Android. Ce dernier ne fait qu’un stockage des données des 200 dernières antennes relais et réseaux wifi rencon­trés et n’en­ver­rait pas ces dernières à Google.

La loca­li­sa­tion se fait au moyen des cellules relais, chacune d’elle possède un iden­ti­fiant aussi appelé cell-id et c’est grâce à ça que les télé­phones peuvent être loca­li­sés. Ensuite inter­vient le procédé dit de trian­gu­la­tion qui se base sur un prin­cipe très simple, le télé­phone à loca­lisé se trouve dans un triangle imagi­naire ou les trois extré­mi­tés sont les antennes relais. La trian­gu­la­tion est la façon la plus précise pour géo loca­li­ser c’est aussi utilisé par les GPS. L’autre façon moins précise mais présente en campagne tout comme en ville c’est celle basée unique­ment sur le cellId, une fois cet iden­ti­fiant connu et la puis­sance de récep­tion de l’ap­pa­reil il est possible de connaitre la loca­li­sa­tion dans un péri­mètre plus ou moins proche autour du relais, la préci­sion n’est pas toujours au rendez-vous et peut parfois atteindre 10 km alors qu’a­vec la trian­gu­la­tion, les meilleurs résul­tats sont de l’ordre de 100 mètres.

Si vous possé­dez un télé­phone Android, il est possible via une appli­ca­tion présente sur l’An­droid Market de connaitre l’an­tenne relais sur laquelle on est connecté et de tester la loca­li­sa­tion par les antennes relais en obte­nant le résul­tat sur une carte Google Maps. Cette appli­ca­tion gratuite s’ap­pelle Loca­tion-API. Si vous connais­sez d’autre appli­ca­tion pour Windows Mobile/Phone, Symbian n’hé­si­tez pas à les parta­ger pour complé­ter l’ar­ticle.

Pour finir, je trouve que cette affaire fait beau­coup de bruit alors que rien de tout ce qui est dit est nouveau, en plus la loca­li­sa­tion par antenne relais n’est pas précise au point de dire qu’une personne se trouve dans tel ou tel maga­sin sauf si le GPS est activé mais dans un tel cas la batte­rie s’épuise très rapi­de­ment.

Article du Figaro sur l’en­lé­ve­ment des deux jumelles en Suisse

Le Pari­sien à propos du “mouchard” présent dans les iPhone, iPad et Android

СувенириКартини